';
Eurofins Biomnis | Biologie médicale spécialiséeBiomnis LiveLumière surDiagnostic de l’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)

Lumière sur

Tous les « Lumière sur »

Diagnostic de l’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)

Pictogramme horloge Jean-Marc VANDERNOTTE Pictogramme horloge Septembre 2016

L’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS) regroupe des maladies autosomiques récessives dues à une carence d’une ou plusieurs enzymes nécessaires à la synthèse par  la glande surrénale du cortisol, de  l’aldostérone, et des stéroïdes sexuels. Dans la plupart des cas, cette déficience enzymatique conduit à une accumulation des précurseurs en amont et à l’épuisement des produits en aval.

C’est pourquoi, le profil des dosages stéroïdiens est caractéristique  du  degré et de la position du blocage enzymatique dans leurs voies biochimiques.

 

Le diagnostic des déficits  enzymatiques responsables de l’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)  repose sur le dosage  précis des différents stéroïdes. Le laboratoire Biomnis utilise la Radio-immunologie (RIA) pour le dosage de ces molécules très proches structurellement entre elles, cette méthode offrant un niveau de sensibilité et de spécificité supérieure aux autres immunodosages.  Ces analyses  peuvent être commandés individuellement ou en panel :

  • Panel stéroïdes – Exploration de la fonction gonadique (STERS)

  • Panel stéroïdes – Recherche d’un trouble de la biosynthèse des stéroïdes (STERB)

Le  dosage basal des différents stéroïdes est  souvent suffisant pour le dépistage d’un déficit enzymatique complet.  Cependant, en cas de déficit partiel, la mesure des stéroïdes après stimulation par le Synacthène® est nécessaire pour mettre  celui-ci en évidence. En effet, ce médicament stimule fortement l’activité  des  glandes surrénales, et provoque une augmentation des concentrations de tous les stéroïdes se situant en amont du blocage enzymatique.

Le  déficit classique en 21-hydroxylase, causée par une mutation du gène de la CYP21A2, représente environ 95% des cas de HCS, son incidence est  de 1/10.000 à 1/20 000 naissances.

 

La pathologie est caractérisée par une activité de la  21-hydroxylase nettement diminuée ou absente, ce qui entraîne une augmentation des niveaux de 17-hydroxyprogestérone (17-OHP), sulfate de DHEA (SDHA),  d’androstènedione (D4), testostérone (TEF) parallèlement à  une diminution des niveaux de :  désoxycorticostérone (DOC), 11-désoxycortisol (COMPS), corticostérone (COS), cortisol (COR), aldostérone (ALDO).

Les individus affectés par un bloc complet  présentent généralement à la naissance ou dans la période néonatale une virilisation entrainant une ambigüité sexuelle. De plus, les trois quarts des enfants atteints ont aussi un déficit minéralocorticoïde qui conduit à un syndrome de perte de sel.

Les symptômes apparaissent généralement dans les 2 premières semaines de vie et comprennent : l’hyponatrémie,  l’hyperkaliémie, et une hypotension  artérielle.  Le déficit partiel en  21-hydroxylase a une incidence beaucoup plus  élevée environ  1/500 dans la population caucasienne générale et se caractérise par une  hyperandrogénie.  C’est une étiologie  fréquente à rechercher systématiquement chez une femme présentant  un hirsutisme et une  hypofertilité associée à une aménorrhée.

Les dosages hormonaux sont indispensables pour éliminer le principal diagnostic différentiel : le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) qui a la même symptomatologie.

Adrenal hormone Synthesis – source : wikipedia

 

 


Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site