';
Eurofins Biomnis | Biologie médicale spécialiséeBiomnis LiveLumière surLe 21-Desoxycortisol (21DF) dans l’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)

Lumière sur

Tous les « Lumière sur »

Le 21-Desoxycortisol (21DF) dans l’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)

Pictogramme horloge Dr J-M. VANDERNOTTE & Pr J. FIET Pictogramme horloge Juillet 2018

Sommaire de ce dossier

  • Physiopathologie de l’HCS21
  • Conséquences sur les concentrations plasmatiques (ou sériques) des stéroïdes dans l’HCS21
  • Intérêts du dosage du 21DF (en complément de la 17OHP)

L’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS) regroupe des maladies autosomiques récessives dues à  un déficit en plusieurs enzymes nécessaires à la synthèse du cortisol, de l’aldostérone et des androgènes surrénaliens (schéma 1).

Schéma 1 : Métabolisme des stéroïdes au cours du déficit en 21 hydroxylase des corticosurrénales
(1: 21-hydroxylase, 2: 11-hydroxylase, 3: C17-20 desmolase, 4: 17-oxydoréductase

Le déficit en 21 hydroxylase (21OH) est la cause la plus  fréquentes des HCS (95%) (HCS21).
HCS21 peut s’exprimer sous deux formes:

  • une forme dite complète et congénitale, avec ou non perte de sel à la naissance associée à une ambiguïté sexuelle chez la fille.
  • une forme dite partielle à révélation tardive beaucoup plus fréquente, et qui s’exprime le plus souvent dans l’enfance ou après la puberté,  associée chez la femme à un hirsutisme, des troubles des règles voire une hypofertilité.

Physiopathologie de l’HCS21

Tous les stéroïdes en aval du déficit sont diminués (cortisol, aldostérone, DOC et corticostérone) excepté le 21 DF, tandis que tous  les stéroïdes en amont sont augmentés (17OHprogestérone, progestérone), car la diminution du cortisol stimule la sécrétion d’ACTH lequel active les enzymes de la synthèse stéroïdienne (excepté la 21OH génétiquement déficitaire).

Le 21Désoxycortisol (21DF) résulte de l’action de la 11hydroxylase sur la 17 OHprogestérone. Cette activité est minime chez le sujet normal, alors que dans l’HCS21, cette activité  de la 11 hydroxylase sur la 17 OHprogestérone est très augmentée (schéma 1).

Conséquences sur les concentrations plasmatiques (ou sériques) des stéroïdes dans l’HCS21

Les concentrations plasmatiques du 21F et de la 17 OHprogestérone (17OHP) sont très augmentées et corrélées . elles font  le diagnostic de l’HCS21. Chez le sujet normal –enfant, homme, femme- les concentrations  plasmatiques du 21 DF sont <0,30 ng/ml  tandis que  dans l’HCS21, elles peuvent atteindre 50 ng/ml (tableau 1).

Dans l’HCS21, l’augmentation fréquente des concentrations plasmatiques des androgènes (delta4- androstènedione puis testostérone)  résulte de la scission de la chaine latérale de la 17OHP qui s’est accumulée. Ces concentrations plasmatiques élevées sont   responsables  de l’hyperandrogénie clinique des HCS21.

Par ailleurs, les concentrations des minéralocorticoïdes  dont l’aldostérone peuvent être diminuées et sont responsables de la perte de sel (essentiellement dans la forme congénitale).

En fait, les concentrations plasmatiques du 21DF et de la 17OHP de la forme complète congénitale sont plus élevées que celles trouvées dans la forme partielle  à révélation tardive.

Le dosage du 21DF par Eurofins Biomnis

  • Préanalytique : plasma  ou sérum – Réfrigéré
  • Technique : RIA, après extraction suivie d’une chromatographie.
  • Dosage disponible sous 2 formes :
    • Test unitaire : code analyse Eurofins Biomnis : 21DF
    • Panel de stéroïdes permettant la  recherche complète  d’un trouble de la biosynthèse des stéroïdes : code analyse Eurofins Biomnis : STERB

Intérêts du dosage du 21 DF (en complément de la 17OHP)

  1. Le 21DF  augmente la spécificité de la 17 OHP et  fait le diagnostic de déficit en 21 hydroxylase avec certitude. En effet le 21DF a une origine strictement surrénalienne,  contrairement  à la 17OHP qui a une origine mixte : surrénalienne et gonadique.
  2. Chez le nouveau né à terme ou chez le prématuré, le dosage du 21 DF corrige les augmentations transitoires de 17 OHP qui auraient pu orienter  à tort  vers  un déficit en 21 hydroxylase. (Ref 1 et 2).
  3. Le 21 DF permet le dépistage des porteurs sains asymptomatiques (mais transmetteurs potentiels du déficit en 21 hydroxylase). La prévalence du déficit est importante: 1/16 dans la forme partielle, voir plus dans certaines populations.
    Dans ce but : il faut faire un test au Synacthène (0,25 mg IV) avec  dosage du 21 DF à 60 min. Avec un  seuil de dépistage de 0,55 ng/ml à 60 min, sur 242 hétérozygotes seulement 12  avaient une réponse inférieure au seuil.  (Réf 3, 4,et 5).

Bibliographie

  1. Transient hyper-17-hydroxyprogesteronemia: a clinical subgroup of patients diagnosed at neonatal screening for congenital adrenal hyperplasia.
    Cavarzere P, Samara-Boustani D, Flechtner I, Dechaux M, Elie C, Tardy V, Morel Y, Polak M.
    Eur J Endocrinol. 2009 Aug;161(2):285-92.
  2. A Liquid Chromatography/Tandem Mass Spectometry Profile of 16 Serum Steroids, Including 21-Deoxycortisol and 21-Deoxycorticosterone, for Management of Congenital Adrenal Hyperplasia.
    Fiet J, Le Bouc Y, Guéchot J, Hélin N, Maubert MA, Farabos D, Lamazière A.
    J Endocr Soc. 2017 Feb 10;1(3):186-201.
  3. Superior discriminating value of ACTH-stimulated serum 21-deoxycortisol in identifying heterozygote carriers for 21-hydroxylase deficiency.
    Costa-Barbosa FA, Tonetto-Fernandes VF, Carvalho VM, Nakamura OH, Moura V, Bachega TA, Vieira JG, Kater CE.
    Clin Endocrinol (Oxf). 2010 Dec;73(6):700-6.
  4. Clinical and molecular characterization of a cohort of 161 unrelated women with nonclassical congenital adrenal hyperplasia due to 21-hydroxylase deficiency and 330 family members.
    Bidet M, Bellanné-Chantelot C, Galand-Portier MB, Tardy V, Billaud L, Laborde K, Coussieu C, Morel Y, Vaury C, Golmard JL, Claustre A, Mornet E, Chakhtoura Z, Mowszowicz I, Bachelot A, Touraine P, Kuttenn F.
    J Clin Endocrinol Metab. 2009 May;94(5):1570-8.
  5. Comparison of basal and adrenocorticotropin-stimulated plasma 21-deoxycortisol and 17-hydroxyprogesterone values as biological markers of late-onset adrenal hyperplasia.
    Fiet J
    , Gueux B, Gourmelen M, Kuttenn F, Vexiau P, Couillin P, Pham-Huu-Trung MT, Villette JM, Raux-Demay MC, Galons H, et al.
    J Clin Endocrinol Metab. 1988 Apr;66(4):659-67

Eurofins Biomnis utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant votre navigation, vous acceptez de recevoir les cookies du site eurofins-biomnis.com

Pour en savoir plus rendez-vous sur les mentions légales

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site