';
string(4) "6336"

Herpes simplex virus 1/2 - HSV - culture

Liste des examens

Code Biomnis

HSVCO

Synonymes

  • HSV 1 et 2 - culture orientée

Intérêt Clinique

Ils ont un tropisme pour la peau (éruption vésiculeuse) et les muqueuses (gingivostomatite, herpès génital), l'oeil (conjonctive et kératite) et le système nerveux central (méningite, méningo-encéphalite). La primo-infection est souvent inapparente ou non spécifique, puis le virus persiste à l'état latent dans l'organisme. La réactivation ou récurrence prend souvent, mais pas exclusivement, l'aspect du classique ""bouton de fièvre"". L'herpès congénital est redoutable. Le nouveau-né est contaminé lorsque la mère présente une éruption herpétique génitale, surtout s'il s'agit d'une primo-infection, soit par voie ascendante, soit lors de l'accouchement. Le diagnostic direct est possible à partir du frottis de lésion cutanée ou muqueuse. L'utilisation d'anticorps monoclonaux permet le typage rapide du virus. L'isolement du virus est facile. Il permet un diagnostic de certitude et de tester éventuellement la sensibilité de la souche aux antiviraux. La recherche moléculaire (PCR) a prouvé sa valeur tant pour le diagnostic d'herpès génital que pour celui des localisations nerveuses herpétiques (dans le LCR). La sérologie spécifique de type, permettant de distinguer les IgG de type HSV1 et de type HSV2 a pour objectif principal de prévenir les situations à risque de contamination de la femme enceinte ou de transmission du virus HSV de la mère à l'enfant. Ainsi, une femme séronégative est à risque de primo-infection PI ou de primo-manifestation PM (si déjà infectée par un des deux types viraux) si son conjoint présente de l'herpès génital. L'établissement du statut sérologique du couple, en cas d'ulcération génitale non documentée, permet de définir les risques de PI ou PM et de proposer les méthodes de prévention du dernier trimestre. Les risques de transmission au f¿tus sont plus importants en cas de primo-infection que de primo-manifestation, surtout si la PI survient dans le mois précédent l'accouchement. La prévalence de l'herpès est de 66 % pour HSV1 dans la population française contre 16 % pour HSV2. Les infections génitales à HSV1 sont en augmentation. Les IgG persistant longtemps, elles ne sont pas significativement modifiées au cours des épisodes de récurrence.

Préanalytique

  • Prélèvement génital, oculaire, anal, urétral, pubis, bouche, langue, lèvre, gorge, lésion, ulcération, vésicule, cil, paupière, conjonctive, nasal, pharyngé
  • Réfrigéré

Informations complémentaires

  • Les prélèvements sur écouvillons nécessitent l'utilisation d'un milieu de transport M4RT (REMEL)
  • Utiliser IMPERATIVEMENT le sachet de transport violet S14
  • La prise d'antiviraux n'est pas reccommandée avant réalisation du prélèvement pour cette analyse
  • En revanche, les liquides biologiques ne doivent pas être dilués

Matériel spécifique disponible

S14 : Sachets VIOLET de transport pour PCR agents infectieux, cultures de virus, mycobactéries

Documents à télécharger


Technique

Isolement viral

Délai

Maximum : 10 jours (réponse dès observation de l'effet cytopathogène en cas de positivité)

Cotation

  • 41.00 EUR non remboursable

Site réalisateur
Biomnis Lyon
Spécialité
Infectiologie
Contact(s)
Xavier NAUDOT
Véronique JACOMO
Téléphone(s)
04 72 80 73 01
04 72 80 47 43

Légende

RéfrigéréTempérature de conservation et de transport comprises entre +2°C et +8°C

Eurofins Biomnis utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant votre navigation, vous acceptez de recevoir les cookies du site eurofins-biomnis.com

Pour en savoir plus rendez-vous sur les mentions légales

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site