';
HomeBiomnis LiveShedding light onDosage du [-2]proPSA et calcul du Phi dans le cancer de la prostate

Shedding light on

See all "Shedding light on"

Dosage du [-2]proPSA et calcul du Phi dans le cancer de la prostate

Pictogramme horloge Christine Hamberger Pictogramme horloge January 2014

Le [-2]proPSA est une isoforme du PSA, presqu’exclusivement exprimée par les cellules de cancer de la prostate (contrairement au PSA total).

Le calcul de l’index Phi, fondé sur les mesures sériques de [-2]proPSA, PSA total et PSA libre fournit une probabilité de risque d’avoir une biopsie positive : plus l’index phi est élevé et plus le risque d’avoir un cancer de la prostate est important. De plus, la valeur du Phi semble corrélée au score de Gleason.

En pratique, chez des hommes ayant une valeur sérique de PSA total comprise entre 2 et 10 ng/ml (standard Hybritech), il pourra être décidé, en fonction de la clinique et des résultats du Phi :

  • une simple surveillance pour un Phi bas ou modérément élevé, permettant de s’affranchir de biopsies « inutiles » et de leurs conséquences ;
  • le recours à l’imagerie et à une prise en charge adaptée, chez les patients ayant un Phi élevé.

De plus, le Phi peut s’élever plusieurs mois avant la déclaration d’un cancer de la prostate à un stade avancé, alors même que le toucher rectal est négatif et le PSA total < 4 ng/ml. Des études sont en cours pour évaluer son intérêt en première intention dans une population de patients sélectionnés.

Donc ce nouveau marqueur sérique avec le calcul du Phi qui lui est associé semble prometteur dans la détection précoce des cancers agressifs de la prostate, dans la réduction des actes de biopsie, et dans le suivi des patients.

A l’heure où la politique de dépistage en général, et plus particulièrement de dépistage du cancer de la prostate, est remise en cause , et que les Recommandations pour le 3e plan cancer ont été remises au gouvernement par le Professeur JP Vernant, il convient désormais d’intégrer les avancées considérables de l’imagerie et de prendre en considération ce nouveau marqueur sérique spécifique du cancer de la prostate.

L’évolution de la prise en charge du cancer de la prostate devrait être prochainement précisée par l’Association Française d’Urologie et mise à disposition sur son site.


En savoir plus

Site de l’Association Française d’Urologie (AFU)
HAS – Haute Autorité de Santé

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site