Modalites techniques du test HPV – Eurofins Biomnis

Il est recommandé d’utiliser, pour le prélèvement, un milieu liquide de transport et de conservation car il permet la réalisation du test PCR HPV et de la cytologie réflexe sur le même échantillon.

Techniques moléculaires 

Selon la NABM 2020, il convient d’effectuer la détection du génome des HPV à haut risque, par une technique moléculaire, validée cliniquement. Celle-ci doit détecter les 13 HPV HR des groupes 1+2A (détection du groupe 2B non recommandée). Certaines trousses détectent les HPV HR sans génotypage (groupe 1 et 2a +/- HPV66), d’autres proposent un génotypage partiel pour les HPV16 et 18 ± 45, parfois un génotypage par groupes d’HPV selon le risque, d’autres enfin permettent un génotypage complet.

La technique utilisée doit comporter un témoin interne de cellularité, notamment en cas d’auto-prélèvement. Sa sensibilité clinique ou diagnostique (probabilité que le test donne un résultat positif (présence d’un HPV) en présence d’une lésion de haut grade) doit être au minimum de 90 % par rapport au test de référence Hybrid Capture®2. La spécificité clinique ou diagnostique du test (probabilité qu’il donne un résultat négatif quand il n’y a pas de lésion) doit être au minimum de 98 % par rapport au test Hybrid Capture®2.

Autres méthodes

  • La sérologie n’a pas d’intérêt pour le dépistage ou le diagnostic des cancers liés aux papillomavirus. Néanmoins, elle a un intérêt pronostique dans les cancers de l’oropharynx (anticorps anti-E6).
    D’autres marqueurs prédictifs de l’évolution vers un cancer sont à l’étude, tels que la charge virale, p16/Ki-67 ou la méthylation de gènes viraux et cellulaires.
  • Test HPV urinaire
    Le test HPV est réalisable sur les urines, mais les modalités de recueil, de transport et de traitement pré-analytique ont un impact important sur la sensibilité clinique des tests. Les quelques études réalisées montrent que le test HPV réalisé sur des urines serait moins sensible mais plus spécifique que le test sur échantillons cervicaux. Le prélèvement urinaire reste non recommandé à l’heure actuelle. La perte de sensibilité pourrait être réduite avec l’utilisation d’un dispositif permettant de recueillir le 1e jet urinaire, mais des études complémentaires sont nécessaires.

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site